Auteur : Fanny Vadeboncoeur

avril 21, 2016

Une simple prise de sang pour dépister le cancer

Pourra-t-on, un jour, détecter le cancer par un simple test sanguin? Le diagnostic précoce du cancer pourra-t-il se faire grâce à cette procédure bien moins compliquée – et bien moins invasive – qu’une biopsie? Oui, si les travaux d’une équipe des Pays-Bas, de Suède et des États-Unis continuent d’être couronnés de succès. Cette équipe, qui vient de publier ses résultats dans la revue Cancer Cell, a montré qu’en analysant un élément du sang appelé plaquettes (normalement impliquées dans la coagulation), on peut y déceler la marque laissée par un cancer quelque part dans l’organisme. Le Pr Bakhos Tannous, du département de neurologie de l’École de médecine de l’Université Harvard explique : EXTRAIT: http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/science/2015/11/27/001-cancer-detection-prise-de-sang.shtml   Suivre le cancer à la trace La seule présence de cellules cancéreuses dans l’organisme modifie donc de façon hautement spécifique les plaquettes sanguines en y laissant des traces, des « marqueurs », comme on dit. Ce sont ces marqueurs que repère le test. Pour le va

Posted in Blog by Fanny Vadeboncoeur
avril 7, 2016

soins-a-domicile-signe-avc

Si vous présentez n’importe lequel de ces signes ou si vous en êtes témoin chez une personne, composez immédiatement le 9-1-1 ou votre numéro local des services d’urgence. Agir rapidement peut améliorer les chances de survie et de rétablissement.

Ne conduisez pas votre véhicule pour vous rendre à l’hôpital ou pour transporter une personne qui a subi un AVC. L’ambulance vous emmènera à l’hôpital le plus proche offrant les meilleurs soins en cas d’AVC.

Ce à quoi vous devez vous attendre à l’hôpital Les ambulanciers vous transportent jusqu’à l’hôpital le plus proche offrant un programme spécialisé de soins de l’AVC. Il est possible qu’ils communiquent avec l’hôpital avant votre arrivée afin que le personnel soit préparé à vous prendre en charge.

Vous recevrez des soins médicaux rapidement après votre arrivée. Sinon, parlez-en au personnel du service d’urgence. Soyez le plus précis possible quant à vos antécédents médicaux et à toute affection dont vous avez souffert, s’il y a lieu. Il est utile de savoir à quelle heure exactement les premiers signes se sont manifesté

Posted in Blog by Fanny Vadeboncoeur
avril 7, 2016

Si un de vos proches vient de mourir, nous espérons que cette brochure vous aidera à comprendre que vous n’êtes pas seul et qu’il existe de l’aide pour vous aider à vivre vos émotions. Si un de vos amis ou un membre de votre famille est en deuil, cette brochure permettra à chacun de vous de comprendre et de traverser cette période difficile.

Comprendre le deuil

Le deuil et les étapes complexes du processus de deuil sont nécessaires. Même si pour l’instant la peine semble intolérable, il est normal et sain pour une personne en deuil d’éprouver des émotions intenses et de soudains changements d’humeur. Ces réactions sont normales suite à une perte. Il faut du temps pour s’en remettre. La durée de la période de deuil dépend de la situation et varie considérablement d’une personne à l’autre. Le deuil n’est pas une faiblesse mais bien une nécessité. Refuser de faire son deuil est immature et peut occasionner des problèmes ultérieurement. Le deuil nous aide à accepter l’absence du défunt et la fin de notre relation avec celui-ci. Il nous permet également d’axer nos énergies vers l’avenir.

Les étapes du processus de deuil

Le processus de deuil compte plusieurs étapes. Les trois étapes décrites ci-dessous sont celles vécues par la plupart des gens. Cependant, les gens ne passent pas nécessairement de la premi

Posted in Blog by Fanny Vadeboncoeur
avril 7, 2016

Une vaste étude internationale à laquelle ont collaboré deux cardiologues de Québec montre que la prise quotidienne de médicaments contre l’hypertension artérielle et le mauvais cholestérol diminue le risque de maladies cardiovasculaires.

Les résultats de l’étude HOPE-3 ont été présentés, samedi, au congrès de l’American College of Cardiology à Chicago. Cette étude a fait également l’objet de trois articles dans la prestigieuse revue médicale New England Journal of Medicine. En tout, 12 705 personnes dans 21 pays, dont 140 dans la région de Québec, ont participé à HOPE-3 durant près de six ans. Les participants, des femmes âgées de 65 ans et plus et des hommes de 55 ans et plus, présentaient au moins un facteur de risque. Les chercheurs incitaient ces personnes à avoir une alimentation saine, à faire de l’activité physique de façon régulière et à ne pas fumer. Une partie du groupe a pris une médication quotidienne visant à abaisser la pression artérielle et/ou le mauvais cholestérol, tandis que le reste des participants a reçu des placebos.   La médication pour diminuer la pression artérielle n’a pas réduit de façon significative les maladies cardiovasculaires chez les participants, sauf pour un sous-groupe qui avait une pression élevée. Par contre, même à faible dose, les médicaments contre le mauvai

Posted in Nouvelles by Fanny Vadeboncoeur
avril 7, 2016

Un peu de VIH ou d’herpès pour traiter votre tumeur? Grâce aux récentes avancées de la recherche, cette question pourrait un jour se poser de plus en plus à des patients atteints du cancer.

En effet, une des voies les plus prometteuses dans la lutte contre la première maladie mortelle au pays se nomme immunothérapie. Elle a déjà donné des résultats spectaculaires chez des patients atteints d’un cancer très agressif, comme celui de la peau, du foie ou du pancréas, explique Simon Turcotte­­, chirurgien et chercheur au CHUM. «Je pense que ça va révolutionner le traitement de ce genre de cancer», croit-il.

Cache-cache

Dès le début du 20e siècle, les médecins ont remarqué que certains patients arrivaient à se débarrasser­­ de leur tumeur après avoir attrapé un virus. C’est cette mécanique que les chercheurs d’aujourd’hui tentent d’exploiter. L’immunothérapie repose sur l’idée que les globules blancs, qui ont pour mission des détruire les virus et les envahisseurs extérieurs, pourraient aussi être mis à contribution pour combattre l’ennemi intérieur, soit le cancer. Or, comme les cellules cancéreuses font à l’origine partie du corps, les globules blancs nommés lymphocytes T peinent à les percevoir comme des ennemies. D’autant plus que le cancer a une panoplie de straté

Posted in Nouvelles by Fanny Vadeboncoeur